Goma : La grève des magistrats serait loin d’être sans conséquence selon Maitre Patrick

Les magistrats feraient mieux de lever la grève en continuant des pourparlers avec l’Etat Congolais, analyse faite ce 18 Février  par Maitre Patrick Mujanama.

Tout en reconnaissant le droit de grever, tel que garanti par la constitution, cet avocat au barreau de Goma estime que le message des membres de l’ordre judiciaire en cessation des activités, est arrivé à qui de droit. Il suggère cependant aux magistrats à lever leur mesure afin de ne pas préjudicier les justiciables.

« A mon avis, la grève c’est juste un moyen de pression. Les magistrats ont des revendications qui sont fondées. Selon moi, le message est déjà arrivé. Comme l’autorité les a déjà entendus, je pense que les pourparlers doivent continuer entre les représentants de l’Etat du pouvoir judiciaire et les magistrats. Pour ne pas préjudicier les justiciables qui sont en détention et d’autres procédures qui requiert la célérité, les magistrats feraient mieux de lever la grève » a souligné Maitre  Patrick Mujanama. Cet expert en droit appelle les justiciables durant cette période, de prendre leur mal à patience et invite l’Etat congolais à prendre ses responsabilité au regard de ses engagements avec les magistrats.

Rappelons que les magistrats poursuivent leur mouvement de grève qu’ils ont entamé la semaine dernière. Ils réclament les meilleures conditions salariales et s’opposent au prélèvement de l’impôt professionnel sur la rémunération(IPR) tel qu’appliqué actuellement aux fonctionnaires de l’Etat. ‘’ La grève actuelle n’est pas limitée dans le temps et se poursuivra jusqu’à ce que le gouvernement réponde favorablement à nos revendications’’ a déclaré Kibundila Mulindi, le deuxième vice-président du Syndicat autonome des magistrats du Congo.

La grève des magistrats est entrée à sa deuxième semaine. Les conséquences se font sentir dans les différentes juridictions civiles et maisons d’incarcérations. C’est notamment au parquet près le Tribunal de Grande Instance(TGI) de Goma, où le procureur de la république reconnait qu’il enregistre maintenant des détentions préventives qui dépassent le délai et des dossiers judiciaires n’avancent plus faute des magistrats.

David MAHAMBA

Input your search keywords and press Enter.