Mali: La sécurisation du processus électoral, un défi du gouvernement pour la présidentielle prévu le 29 Juillet 2018

Dans un contexte sécuritaire qui s’est de plus en plus dégradé ces derniers jours avant le scrutin prévu le 29 juillet 2018 ; la sécurisation de la campagne électorale des différents candidats et surtout les bureaux de vote le 29 juillet, reste un défi à relever pour le gouvernement malien.

Plusieurs habitants vivent dans la peur d’une nouvelle attaque à Tombouctou après celle du 14 Avril 2018 qui avait visé le camp militaire où habite la force de l’ONU et française Barkhane. Le taux de criminalité est élevé ces derniers jours dans la capitale malienne avec une multiplication de vols de véhicules et assassinats. Le même sentiment d’inquiétude et de peur face à la multiplication des braquages est observé dans la ville de Gao. A Mopti dans la région centre, de nombreux habitants craignent de circuler sur certains axes routiers et plusieurs écoles ont fermé leurs portes sous menace des terroristes.

Un des candidats à l’élection, Mr Soumaila Cissé, précise que pendant l’élection organisée en 2013, il n’y avait pas eu d’inquiétude pendant la campagne, mais aujourd’hui, une réelle incertitude pèse sur les déplacements de plusieurs candidats. La même incertitude pour le Chef de file de l’opposition qui voit des difficultés à se rendre à Niafunké, à 200 Kilomètres de Tombouctou, village dans lequel il doit voter.

Le 21 juin 2018, le ministre de la sécurité a promis de prendre en compte les inquiétudes des différents candidats, au cours d’un débat sur la sécurisation du scrutin à l’Assemblée nationale en précisant que chaque candidat aura droit à une garde rapprochée, après la validation de la liste définitive par la Cour constitutionnelle.

Input your search keywords and press Enter.