Présidentielle 2018 : Un nouveau rebondissement dans le processus électoral, les élections à nouveau repoussées dans deux zones du pays

Nouveau report des élections  dans le pays, la commission électorale nationale indépendante  annonce  le report des élections dans les circonscriptions électorales des villes de Butembo, Beni et les circonscriptions électorales de Yumbi dans la province de MAINDOMBE à l’Ouest du pays. « Pour des raisons de sécurité  et de la  maladie à virus d’Ebola nous avons décidé  de  reporter au mois de mars les élections législative, provinciales et le présidentielle dans ces circonscriptions électorales » a déclaré Jean Paul KALAMBA  rapporteur de la CENI dans une conférence de presse à Kinshasa. La décision à un soubassement  légale a-t-il  précisé a été prise conformément à l’article 84 de la loi électorale, une disposition qui prévoit la suspension des opérations électorales dans une zone confrontée à des circonstances exceptionnelles ajoute le rapporter de la CENI, rappelant la  mesure similaire prise en 2011 dans la zone de BEFALE. Le territoire de Yumbi est confronté depuis mis Décembre à  la violence intercommunautaire ayant poussée  des nombreuses personnes à fuir leurs habitations, la ville et territoire de Beni confrontés aux attaques ADF et à la maladie à virus Ebola  enregistre  un nombre important des déplacés et la maladie à virus Ebola ne connais pas de repris  depuis  le début  de l’épidémie  il ya quelques mois.

L’opposition conteste et dénonce ce qu’elle qualifie d’une décision purement politique

L’opposition  dénonce  une décision de la CENI visant à la  privée de ses bastions électorales de l’Est du pays estimé à plus d’un million d’électeurs et appelle la commission électorale à reconsidérer sa décision pour apaiser la population des zones privées de leurs droits de voté  un président de la république de leurs choix. Lors d’une émission radio diffusée sur la radio OKAPI, Paul MUHINDO acteur politique de l’opposition a  qualifié d’injustifié la décision de la CENI rappelant (pour ce qui concerne l’Est du pays) que l’opération d’enrôlement des électeurs et la campagne électorale s’étaient déroulée dans le même contexte d’insécurité,  pour  cet homme politique  la CENI  s’est d’avantage discréditée à travers sa décision jugée impopulaire.

L’opposition estime qu’il est impensable dans le contexte actuel de la situation  dans  les zones de Beni-Lubero de  faire croire à l’opinion qu’il sera difficile pour l’armée et la police de sécuriser la population pendant un seul jour l’opération de vote. L’opposition propose également la vaccination des agents  de la CENI et les éléments  de la PNC  et de l’armée qui seront commis à la sécurisation des opérations de vote.

La commission épiscopale du Congo  proteste également contre la décision de la CENI, dans un point de presse organisé à Kinshasa le président de la commission, Abbé Donatien NSHOLE a qualifié également d’injuste l’option prise par la commission électorale nationale indépendante « si aucun incident s’est produit pendant la campagne électorale et l’opération d’enrôlement  il n’ya pas des raisons de renvoyer à plus tard les élections dans la partie Nord de la province’’  à lui de s’interrogé sur ce que sera la crédibilité du scrutin  présidentiel  du 30 Décembre, si un  important électorat comme celui de Beni-Lubero ne participe pas au vote.

Grogne au sein de la société civile

La police  usait des grenades lacrymogènes pour disperser une manifestation spontanée ce 27 décembre dans la ville de GOMA, les jeunes gens ont érigé des barricades sur la voie publique tôt le matin sur la principale artère de la ville au niveau de trois paillettes, dans le quartier Majengo et aux alentours de l’université de Goma, le mouvement citoyen de la LUCHA appelle à des marches pacifiques continues dans toute la ville de Goma si la CENI ne renonce pas à sa décision. La tension a également été très vive dans la ville de Beni, la police est intervenue pour disperser la manifestation des  jeunes dans quasiment tous les quartiers de la ville qui a connue aucune activité ce jeudi, dans une déclaration rendue publique ce 27 Décembre les coordinations de la  société civile de Beni-Lubero appellent à des journées villes mortes  comme également la plate-forme de l’opposition LAMUKA.

Naasson WAZIWAZI

Input your search keywords and press Enter.